CRITIQUE DE LIVRE : THE TRIALS OF APOLLO T01

Aujourd’hui, je vais pour parler du dernier roman en date de Rick Riordan The trials of Apollo – The Hidden oracle que je viens tout juste de terminer, et c’est vraiment une agréable surprise. Si j’ai toujours apprécié ses précédents romans, ils restaient tout de même des titres jeunesse – relativement simples – mais cette fois-ci l’intrigue et les personnages gagnent vraiment en complexité et en profondeur et c’est un vrai plaisir à lire.

La couverture – reliée – est magnifique ! J’adore vraiment l’illustration et ses couleurs, il y a un Cold Foil métallisé pour le logo (allez voir l’article « lexique PAO » 😉 ), et j’ai vu dans une vidéo de l’auteur qu’ils avaient même créé un tout nouveau Pantone® orange exprès pour ce roman ! En plus il s’agit de l’édition spéciale signée par l’auteur !

Vous pourrez retrouvez les minis spots teaser réalisés pour la sortie du roman dans le carrousel à la fin de l’article. Ils sont en anglais mais vraiment très drôles !


The Trials of Apollo – The Hidden Oracle
de Rick Riordan

« Harley would have made an excellent god.
He took the gifts, mumbled a few pleasantries,
but told his worshippers nothing helpful. »
*
Harley aurait fait un excellent Dieu. Il prit les présents, marmonna quelques politesses,
mais ne dévoila à ses admirateurs rien d’utile

Résumé éditeur (traduit par mes soins) :
Comment punir un immortel ?
En le rendant humain !

Après avoir déclenché la colère de son père Zeus, le dieu Apollon est banni du mont Olympe. Affaibli et désorienté, il atterrit à New York City dans la peau d’un banal adolescent. À présent privé de ses pouvoirs, le dieu âgé de 4 000 ans doit apprendre à survivre dans le monde moderne, jusqu’à ce qu’il trouve un moyen de regagner les faveurs de Zeus.

Mais Apollon à de nombreux ennemis – dieux, monstres et mortels – qui seraient ravis de voir l’ancien Olympien définitivement détruit. Apollon à besoin d’aide, et il n’y a qu’une place où il pourra la trouver… Un territoire occupé par les demis-dieux actuels, le Camp des Sangs-Mêlés.


Trials of Apollon (les épreuves d’Apollon) n’est pas comme je l’avais initialement pensé un spin-off, mais bel et bien un nouveau cycle au sein de la saga Le Camp des Sangs-Mêlés puisqu’il reprend l’aventure 6 mois après les événements narrés dans les héros de l’Olympe. Nous découvrons donc ce qu’il est advenu d’Apollon juste après la victoire des dieux sur les géants, alors que Zeus le menaçait d’une punition pour le rôle que le dieu et son fils Octave ont joué dans le conflit. Voilà donc notre pauvre dieu exilé sur terre, privé de son pouvoir et enfermé dans le corps d’un ado boutonneux (et sans abdos !). Habitué à ce genre de châtiment (c’est déjà la 3e fois), il sait ce qu’il lui reste à faire : découvrir quel mortel ou demi-dieu son père l’envoie servir, et accomplir différentes tâches avant être pardonné et restauré dans toute sa divine splendeur. Malheureusement pour lui son nouveau maître se présente sous la forme d’une ado de 13 ans au caractère bien trempé et  capable de commander aux ordures. Sa première mission ? Rejoindre le Camp des Sangs-Mêlés. Là, il découvre qu’il a été « absent » durant 6 mois, et que la situation s’est encore dégradée. De nombreux demi-dieux disparaissent, les communications – magiques ou non – sont toutes coupées ou perturbées, et le pouvoir de l’oracle n’a toujours pas refait surface…

J’apprécie vraiment ce nouveau cycle ! Contrairement aux précédents où la base de l’intrigue était tirée d’évènements mythologiques pré-existants (et donc pas originaux) autour desquels l’auteur articulait sa propre histoire et ses propres personnages, on a ici une aventure 100 % originale, avec bien sûr des personnages/divinités tirés de la mythologie grecque ou romaine, mais totalement réinterprétés et investis d’un nouveau rôle. En plus, cette nouvelle intrigue permet de lier les précédents romans – grec et romain – et promet de dévoiler qui se trouvait en réalité derrière les épreuves imposées à nos jeunes héros. On découvre à l’occasion que des indices/éléments étaient glissés ici et là, indiquant que l’auteur avait déjà réfléchi à tout ça dès Percy Jackson. Et personnellement, j’adore quand c’est le cas, quand je découvre qu’il y avait encore plus que ce que je ne pensais au premier abord, et que le tout avait été anticipé et imaginé depuis longtemps ! Ça rajoute vraiment plus de profondeur à l’œuvre complète, et ça donne un nouveau regard sur les lectures précédentes.

Les personnages sont également à l’honneur, à commencer par Apollon. On découvre les pensées du dieu, sa vision du monde, des humains, de notre mode de vie, mais à travers un prisme divin ! On comprend du coup mieux les réactions des dieux dans les tomes précédents, leurs attentes, ce qu’ils pensent leur est dû de la part des mortels et des héros, … Il est, bien sûr, égocentrique et imbu de lui-même et pourtant à aucun moment antipathique (au contraire plutôt drôle et pathétique), et on découvre progressivement que ce n’est qu’une carapace. Il nous dévoile ses peurs, ses regrets, ses blessures et il évolue progressivement jusqu’à devenir presque humain et prendre conscience de ses erreurs et défauts. C’est très touchant au final, et son évolution est vraiment intéressante et bien conduite. J’ai hâte de voir comment il va évoluer et comment ça influera sur son comportement de dieu, si toutefois il parvient à regagner son immortalité… Et puis le voir combattre avec son ukulélé et en chantant ça vaut vraiment le coup !

« Meg gripped my arm. Her voice was a distant buzz. I only heard the last, most important word: “—Apollo? »

* Meg aggripa mon bras. Sa voix n’était qu’un bruit lointain. Je n’entendis que le dernier mot, le plus important : « —Apollon?

Meg est très sympathique, un peu badass malgré son jeune âge, et se révèle être vraiment complexe et torturée au fil des pages. Je ne vous dévoilerais rien bien sûr, mais c’est un personnage dont j’ai vraiment hâte de voir comment elle va tourner.

 

C’est vraiment un cycle plus mature, adulte et complexe que ce à quoi Rick Riordan nous avait habitués précédemment, et c’est tant mieux ! Les personnages sont beaucoup plus travaillés et profonds, probablement parce qu’il n’a à se focaliser que sur deux personnages cette fois-ci, et je me suis vraiment attaché à ces héros. Peut-être plus qu’à Percy et aux autres d’ailleurs. Leurs psychologies, les motivations derrière leurs comportements et leurs réactions sont vraiment bien expliqués, et ça participe à les rendre plus proches et plus réels. Mais si l’ensemble est plus sérieux, Apollon est là pour distiller un peu d’humour et servir d’élément comique – à ses dépends -. Quelques clins d’œil à ses autres séries sont présents ici et là, à vous de les trouver ! Et j’ai vraiment hâte de voir ce que la suite va donner, d’autant plus qu’on pourrait bien retrouver d’anciens camarades…

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

a

About the author

Graphiste dans le monde de l'édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

4 comments on “CRITIQUE DE LIVRE : THE TRIALS OF APOLLO T01”

  1. Pikobooks Répondre

    Hey bien ! C’est intriguant une si bonne opinion. Personnellement, je ne suis pas fan fan de la production de cet auteur. Mais tu m’intrigues. A suivre donc.
    Bravo pour cette jolie chronique.

    • Mathieu Répondre

      Pour être clair ce n’est pas un coup de cœur comme a pu l’être Harry Potter, À la croisée des mondes Ou dernièrement La passe-miroir, mais globalement ça reste de bons titres jeunesse, simples et rapides à lire mais quand même sympathiques je trouve, et ce dernier tome est un cran au dessus pour toutes les raisons citées dans l’article.

  2. Melasc Répondre

    Je ne savais pas que c’était la suite directe des Héros de l’Olympe, du coup ça me donne encore plus envie de le lire.
    Moi aussi j’aime beaucoup quand tout est lié et prévu d’avance, tout ce que tu dis m’intrigue vachement ! 🙂
    J’avais peur que de prendre la parole du dieu n’en fasse pas un personnage très attachant mais apparemment si !
    Oh et ce qui m’intrigue aussi c’est le fait que ce cycle soit plus « adulte ». Bien que le côté jeunesse de Rick Riordan ne m’ait jamais gêné j’ai hâte de voir ça !
    Tu ne spoiles pas et la longueur est très bien, ne t’inquiètes pas 🙂 et j’aime beaucoup ta présentation du roman (image/résumé/citation) !

    • Mathieu Répondre

      Merci \o/ ca me rassure !
      Et ne t’inquiète pas ! Le roman est plus adulte dans le sens où les problèmes personnels auxquels les personnages font face sont plus serieux/durs/psychologique que dans ses romans precedents, mais ça reste quand même du jeunesse. Et le côté Gilderoy Lockheart d’Apollon est là pour alléger les situations trop tendues.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :