CRITIQUE DE LIVRE : SIX OF CROWS

C’est totalement par hasard que j’ai découvert Six of Crows sur internet (la couverture  V.O me faisant de l’oeil), avant de réaliser que j’avais déjà lu du Leigh Bardugo avec la trilogie Grisha, et que le roman prenait place dans ce même univers. L’édition française et le travail de communication autour du titre ont eu raison de moi, alors allons-y !

L’objet-livre de l’édition française est plutôt réussi : la couverture souple reliée et à rabats, est habillée d’une illustration noir & blanc de Thomas Walker dans un style graphique comic’s, qui nous présente les six personnages principaux devant un corbeau, avec reprise du concept de l’édition V.O – les tours de la ville qui se confondent dans les plumes de l’oiseau – et logo en fer à chaud métallique orange (qui se marie à merveille avec le N&B). À noter, une série d’illustrations au début du roman qui reprennent les personnages séparément, ainsi que deux cartes, la première de l’univers dans lequel s’installe le roman, et la seconde de l’un des lieux clés.


Sixofcrows_fiche-techniqueSIX OF CROWS
de Leigh Bardugo

« Sa peur s’était envolée.
Il attendait la suite. Il ne savait pas ce qui arriverait, ni quand.
Mais c’était essentiel et il était prêt.
Pour le meilleur ou pour le pire, son cœur était libéré des angoisses et des désirs.
Il n’espérait rien, ne voulait rien, son esprit était silencieux, sa respiration régulière.
Il n’avait plus qu’à attendre. » 

Résumé éditeur :
Dans les bas-fonds de la ville de Ketterdam, la mafia s’organise en gangs rivaux. L’homme le plus ambitieux et le plus jeune de la pègre est Kaz Brekker, dit « les Mains Sales ».

Prêt à tout pour de l’argent, il accepte la mission du riche marchand Van Eck, qui règne sur la ville : délivrer un savant de la citadelle d’Ice Court, réputée imprenable. C’est l’inventeur du jurda parem, une drogue qui multiplie sans limite les pouvoirs surnaturels de la caste des magiciens : les Grishas.
Kaz décide donc de réunir une équipe de 6 malfrats aux talents exceptionnels. Ensemble, ils peuvent sauver le monde de la destruction. S’ils ne s’entretuent pas avant…

a


mappemonde

Le roman prend donc racine dans le même univers que Grisha, après les évènements de ce derniers, mais sans réellement préciser combien de temps s’est écoulé. Si j’aurai apprécié un petit résumé au début, histoire de me remettre tout ça en tête, ce n’est pas le cas, et ce fut une petite source de frustration. Soyons clair dès le début, ce nouveau cycle (s’il en est un) peut se lire sans être passé par la trilogie le précédent. La frustration venait surtout de moi-même, du fait que je ne parvenais plus à me remémorer certains détails de ce monde de fantasy.
Nous voilà donc à Kersh, petite cité-état marchande – en cela très proche de Venise, les canaux et l’architecture en moins – prétendument neutre dans les alliances et conflits qui secouent ce monde, pour y faire la connaissance de six personnages âgés de 17 ans en moyenne, présents dans cette ville pour différentes raisons et plus ou moins voir pas du tout de leur plein gré. Suite à quelques évènements, les voilà réunis pour accomplir une mission, secrète et particulièrement risquée, pour le compte de la cité et à la clé de laquelle se trouve suffisamment d’argent pour garantir la liberté de certains et l’accomplissement du rêve des autres. Comme vous pouvez vous en douter, tout ne va pas se passer comme prévu…
>>> Vous pourrez retrouver le profil des différents personnages ici, sur le site dédié au titre de l’éditeur, mais personnellement je ne vous le conseille pas, surtout si vous préférez les découvrir par vous même au cours de votre lecture.

« – Je suis un homme d’affaire, lui avait-il expliqué. Ni plus, ni moins.
-T’es un voleur, Kaz.
– N’est-ce pas exactement ce que je viens de dire ? »

Car c’est justement l’un des intérêts premiers de ce roman : si l’histoire est somme toute très caractéristique (mais intéressante) des romans du genre, reprenant tous les thèmes/codes (clichés?)/personnages propres à l’héroïc-fantasy, c’est bien dans la narration qu’elle se démarque. Si la première partie reste « traditionnelle » – c’est une introduction aux personnages, à l’univers et à la trame de l’histoire – l’auteure modifie ensuite sa façon de narrer l’aventure. D’ailleurs celle-ci devient « presque » anecdotique (j’ai dit presque, rassurez-vous 😌 ), la quête passant au second plan pour faire la part belle aux personnages, et aux teasers. Oui, aux teasers, vous avez bien lu : si jusque là nous n’avions découverts que des bribes d’informations sur nos héros, juste assez pour connaître leur rôle dans cette drôle d’équipe, et les liens qui semblent lier certains d’entre-eux, l’auteure nous tient en haleine pendant toute la suite du récit en alternant les chapitres axés chacun sur un personnage différents, et au cours duquel on en apprend plus sur lui, avec une révélation sur son passé ou ses motivations, avant de brutalement changer de personnage sans avoir eu le fin mot de l’histoire, nous obligeant à attendre que l’histoire revienne sur lui. On avance ainsi à tâtons dans la découverte de leur personnalité, nous laissant le temps de nous forger nos propres théories, qui se révèlent souvent erronées.

« Ils ont peur de toi, comme autrefois j’avais peur. Comme toi, tu avais peur de moi.
Nous sommes tous le monstre de quelqu’un d’autre, Nina. »

Pour en revenir à l’histoire, si celle-ci est donc très « traditionnelle » (des héros, une quête, des obstacles,…) rendant le tout parfois prévisible, l’aventure s’est pourtant révélée suffisamment rythmée et complexe pour que je ne m’y ennuie pas une seconde, avec une dernière partie, au plus fort de l’action, qui m’a vraiment tenue en émoi (mon petit cœur battait très fort avec toute cette adrénaline), et une fin de roman qui nous laisse avec l’envie furieuse de lire la suite. Les personnages y révèlent toute leur profondeur et évoluent au cours du récit et face aux épreuves auxquelles ils font face. Seul petit bémol, les personnages supposés morts et qui réapparaissent sans vraie explication… (bah, t’étais pas mort, toi ? Hé non ! … Aah, ok !).

deco2Un récit dans la lignée de la trilogie Grisha – dont j’espère retrouver certains personnages ou clins d’œil dans le prochain volume – avec toutefois un soupçon supplémentaire d’aventure et d’espionnage. L’intrigue, haletante et bien menée, nous promet une suite à la hauteur et un bras de fer entre deux forces très déterminées ! Complots, manigances, luttes politiques, alliances, trahisons et magie au programme !

a

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

a

About the author

Graphiste dans le monde de l'édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

10 comments on “CRITIQUE DE LIVRE : SIX OF CROWS”

  1. Pikobooks Répondre

    Très belle chronique qui donne diablement envie !
    Ma collègue de la littérature young adult est en train de le lire, j’avoue attendre son « verdict » (car je place une grande importance dans son jugement) et je me lance… 🙂

    Et c’est vrai que graphiquement : BOOM !

    • Mathieu Répondre

      Tu as lu la trilogie Grisha ? Parce que si le roman te donnes toutes les informations dont tu as besoin pour suivre l’histoire, le fait d’avoir lu le cycle précédent permet d’avoir une vision plus complète de l’univers du roman !

  2. Luce Répondre

    Peut-être parce que je n’ai pas lu la trilogie précédente, je n’ai pas du tout accroché : ( j’ai trouvé le monde sous-exploité et autant j’aimais l’atmosphère pseudo flamande du début autant la suite m’a laissée de glace. Trop d’action au détriment de l’univers, peut-être…

    • Mathieu Répondre

      Ah oui peut être… Mais comme j’avais lu la trilogie précédente, je connaissais déjà suffisamment bien l’univers pour que ce roman lui rajoute au contraire une nouvelle dimension, de nouveaux détails. Mais du coup je n’ai pas pu voir ce que ça donnait d’un point de vue tout frais débarqué ! Merci pour ta remarque 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :