CRITIQUE DE LIVRE : MAGNUS CHASE ET LES DIEUX D’ASGARD

Coucou ! Après la fin du cycle les héros de l’Olympe, j’enchaîne à présent avec la nouvelle série de l’auteur : Magnus Chase et les dieux d’Asgard ! Grand passionné de mythologie c’est avec beaucoup d’anticipation que j’ai plongé dans ces nouvelles aventures…

Personnellement je ne suis pas très fan de la couverture française, qui fait très datée je trouve, contrairement à la version US que je trouve magnifique (en plus elle existe en hardcover ^^). Si j’ai lu le roman en français en version numérique, c’est la version papier VO que j’ai choisi de commander en physique. Et ça me permettra du coup de juger la qualité de l’écriture originale et la fidélité de la traduction !

Pour la critique du tome 2, c’est par ici !
a


Magnus1_fiche-techniqueMagnus Chase et les dieux d’Asgard
de Rick Riordan

« Choisi à tort, tué par méprise,
Un héros sur lequel la mort n’a pas de prise.
Dans neuf jours le soleil voguera vers l’est,
Où l’épée de l’été délivrera la Bête. »

Résumé éditeur : Le jour où Magnus Chase apprend qu’il est le fils d’un Dieu nordique, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est plutôt surpris !
Il semblerait que les dieux d’Asgard se préparent à entrer en guerre. Or c’est lui, Magnus, qui doit empêcher la fin du monde en mettant la main sur une épée disparue il y a des milliers d’années ! Comme si tout cela ne suffisait pas, voilà qu’un géant de flammes attaque la ville, forçant Magnus à choisir entre sa vie et celle de milliers d’innocents… Mais, pour un demi-dieu, qu’est-ce que la mort sinon le début d’une nouvelle vie ? Magnus se réveille à l’Hôtel Vallhala, le paradis des guerriers : sa première grande aventure peut commencer.

a

Dans ce nouveau roman nous faisons la connaissance de Magnus Chase, jeune homme de seize ans, SDF suite au décès de sa mère. Une série d’évènements s’enchaînants rapidement au début du roman fini par provoquer sa mort. Vous pensiez la fin arrivée ? C’était sans compter sur Samirah al-Abbas – Sam pour les intimes -, une valkyrie, qui décide de conduire l’âme de notre pauvre héros au Vallhala où il pourra s’entraîner au combat et servir les dieux en attendant que ne vienne le jour du Ragnarock. Malheureusement pour Magnus, une prophétie annonce la fin du monde très prochainement, et il semblerait pour le jeune jeune homme qu’il ait à un rôle à jouer dans son avènement…

Certains d’entre-vous (qui n’ont pas encore lu le roman, sinon c’est de la triche), auront remarqué le nom de famille du héros principal… Et oui ! Il a bien une connexion familiale avec Annabeth Chase (de la série précédente portant sur la mythologie grecque et romaine), puisqu’il est son cousin. Et c’est justement l’une des choses que j’espérais voir dans ce roman : si l’on est plongé cette fois-ci dans la mythologie nordique, l’auteur tente tout de même de la relier à l’univers qu’il à développé dans les deux premiers arcs, ce qui va permettre, je croise les doigts, de rajouter plus de profondeur et de complexité à ses prochains romans. J’attends vraiment de voir comment il va réussir à faire cohabiter et à justifier la présence de deux (voir trois) panthéons de dieux antiques. Cet aspect est encore très peu développé dans ce premier tome, Annabeth ne faisant que quelques apparitions rapides, mais la fin nous laissait justement avec les deux cousins sur le point de se confier sur leurs vies respectives et leurs anormalités… Le père de Magnus, le dieu Freyr, lui conseillant de faire confiance à sa cousine qui pourrait lui apporter une aide précieuse, nous indique que visiblement les dieux nordiques sont bien conscients de l’existence de leurs collègues gréco-romains, et ces derniers feront peut-être également une apparition, qui sait ? En tout cas j’attends vraiment que ce soit justifié par l’auteur : je prendrai comme de la lâcheté de sa part de créer des ponts en intégrant d’anciens personnages, pour nous laisser sans aucune explication sur la façon dont le tout peut fonctionner ensemble. Alors beware Rick, i’m watching you !

Pour en venir aux personnages originaux de ce premier tome, je les trouve ma foi plutôt réussis pour le moment, mais ce n’est plus vraiment une surprise après le onzième tome que je lis de cet auteur. Le héros, Magnus, a un caractère et une personnalité bien à lui, différents de Percy et des autres, même si il me fait penser à un mélange entre ce dernier et Leo Valdez (un petit côté lourd dans son humour). Petit bonus pour Rick, il se sert de son roman et de ses personnages pour faire passer  un message de tolérance vis à vis des différences, et tenter de briser certains préjugés. Sam est ainsi d’origine arabe (même si, petite erreur, elle semble changer d’origine au cours du roman ><), ce qui lui permet de rappeler qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre personnes de même nationalité/religion quand bien même certains se comporteraient mal. Blitzen quant à lui est un nain, méprisé par ses pairs car il ne semble pas partager leurs centres d’intérêts, et Hearth un elfe rejeté et maltraité par sa famille pour être né sourd-muet dans une société glorifiant la perfection et la beauté à tout niveau. Son handicap va pourtant se révéler être un atout majeur dans bien des situations périlleuses auxquelles devront faire face nos héros. En bref, j’ai beaucoup apprécié (je pense que c’est clair) que l’auteur ne soit pas juste un raconteur d’histoire, mais qu’il ait le souci d’éduquer ses lecteurs, de leur inculquer certaines notions tout en leur apprenant deux/trois choses sur la culture viking. Loki, est bien réussi je trouve : j’ai passé une bonne partie du roman à me demander si l’auteur avait voulu casser son image habituelle pour en faire un gentil injustement condamné et rejeté, ou s’il tentait de tromper nos héros, et… je vous laisse découvrir vous-même !

Au final, même si ce roman est calqué sur le même modèle que les précédents, avec une nouvelle mythologie à découvrir, l’aventure et les personnages restent plaisants à suivre. La tentative abordée de les relier ensemble en créant des liens entre-eux est plus qu’intéressante et j’ai hâte de voir ce que ça va donner et ce que l’auteur à en réserve. Petite remarque sur l’écriture : j’ai eu l’impression qu’elle avait changé entre les héros de l’Olympe et ce roman-ci, mais tant que je n’aurai pas reçu l’exemplaire V.O, difficile de savoir si ça vient de Rick Riordan, de la traduction,… ou simplement du fait que l’on est plus ici en alternance de points de vue, mais uniquement depuis celui de Magnus, qui me semble un peu surexcité comme pouvait l’être Léo Valdez, ce qui a pour conséquence de changer le rythme de la narration. Bref à suivre !

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

a

About the author

Graphiste dans le monde de l’édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

7 comments on “CRITIQUE DE LIVRE : MAGNUS CHASE ET LES DIEUX D’ASGARD”

  1. Melasc Répondre

    Je viens de le terminer !
    Maintenant que tu le dis, c’est vrai que Magnus est un petit mélange de Percy et Leo ! D’ailleurs j’aimerai bien avoir des nouvelles de ce dernier ;).
    J’aime beaucoup les personnages de l’auteur, ils sont tous vraiment différents que ce soit au niveau du caractère ou des origines, ça donne de la profondeur à son univers.
    J’ai hâte comme toi, de voir ce mélange entre les mythologies grecques, romaines et nordiques !
    Oui je suis un peu déçue par la couverture, la VO est pourtant superbe ! Là ça manque un peu de nuances au niveau des couleurs et ça fait un peu grossier dans les traits (je ne sais pas si je suis très claire ^^).
    J’avais aussi un gros coup de cœur pour la couv VO du Fils de Neptune.
    Je n’ai pas fait attention à l’écriture, qu’est-ce qui a changé selon toi ?

    • Mathieu Répondre

      Pour l’écriture je ne sais pas de manière sure, mais après vérification c’est la même traductrice qui s’est occupée de tous les romans (Mona de Pracontal), alors je pense que la différence que j’ai ressentie doit venir du fait que l’histoire est racontée du point de vue de Magnus, et comme c’est un blagueur hyperactif (trop parfois ?), le récit se retrouve entrecoupé de ses blagues, et ça change un peu le rythme. Il faudrait voir ce que donnerait un roman écrit du point de vue de Léo pour comparer 😉

      Pour Léo justement, je me demande si on ne va pas le revoir dans Trials of Apollo.

      Et sinon, tu as lu les cross-over de Les choniques de Kane et Percy Jackson ? Parce que que du coup comme l’auteur a mélangé les univers dans ces romans là, il y a moyen de voir comment il l’a fait !

  2. Melasc Répondre

    Non j’ai le premier tome mais je n’ai pas encore commencé.
    Ah une série juste sur Léo, je dis oui ! ^^

    • Mathieu Répondre

      J’essaierai de me les dégoter alors pour pouvoir comparer. Mais je n’ai lu aucun des romans sur la mythologie égyptienne. Il faudrait peut être que je commence par là 🤔

    • Mathieu Répondre

      Je connaissais déjà un peu pour ma part (fan de mythologies), notamment leur mythe de la genèse du monde, et du coup j’ai hâte de voir comment il va faire pour concilier ça avec la mythologie de Percy Jackson… S’il le fait. Sinon je serait super déçu de Rick ….

  3. Pingback: CRITIQUE DE LIVRE : MAGNUS CHASE ET LES DIEUX D’ASGARD #2

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :