CRITIQUE DE LIVRE : MAGNUS CHASE ET LES DIEUX D’ASGARD #2

Et voilà ! Nous nous retrouvons comme promis pour le second tome de Magnus Chase et les dieux d’Asgard. L’auteur a-t-il répondu à mes attentes ? A-t’il réussit à lier ces deux univers mythologiques, ou a-t-il esquivé ? Est-ce que ce tome fait honneur au premier ? Tant de questions…

Encore une fois, j’ai une grande préférence pour la couverture version hardcover (avec illustration), la version brochée (photomontage) étant vraiment datée à mes yeux (et moche), même si plus réussie que celle du tome 1. Mais je vous laisse juger par vous même !

Pour la critique du premier tome, c’est par ici !


magnuschase2_fiche-techniqueMAGNUS CHASE ET LES DIEUX D’ASGARD #2
(THE HAMMER OF THOR) 
de Rick Riordan

« Just like the good old days:
marching together into the unknown,
searching for missing magical weapons
and risking painful death.
I’d missed my buddies! »

Résumé éditeur (traduit) : Le Marteau de Thor à de nouveau disparu. Le dieu du tonnerre a la très mauvaise habitude d’égarer son arme – La plus puissante des neufs mondes-. Mais cette fois-ci, le marteau n’est pas simplement perdu. Il est tombé entre les mains de l’ennemi. Si Magnus Chase et ses amis ne parviennent pas à le récupérer à temps, le monde des mortels se retrouvera sans défense contre l’assaut des géants. Le Ragnarök se déchaînera. Les neufs mondes seront consumés. Malheureusement, la seule personne qui puisse négocier le retour de l’arme n’est autre que le pire ennemi des Dieux, Loki. Et le prix qu’il demande est très élevé.

a


Après avoir triomphé de la prophétie annonçant la libération du loup Fenrir, censé jouer un rôle clé lors du Ragnarök, Magnus et ses amis espéraient profiter d’une petite période de tranquillité. Et pour être petite…
Suite à un rendez-vous (top secret) avec Otis, l’une des chèvres du dieu Thor, brutalement interrompu par l’assassinat de ladite chèvre, Magnus se retrouve une fois de plus à faire face à une situation potentiellement mortelle : récupérer le marteau de Thor avant que la rumeur de sa disparition ne pousse les géants à envahir Midgard, empêcher un mariage très peu avantageux pour l’une de ses amies et déjouer une prophétie annonçant la mort de l’un de ses amis, le tout en cinq jours, et en compagnie d’une nouvelle recrue, dont le père n’est autre que Loki…

« Gee, Magnus, you might be thinking, that’s really harsh of you.
He’s your uncle. Just because your mom hated him, he ignored you most of your life,
and then he got you killed, you don’t trust him ?
Yeah i know. I was being unreasonable.
»

On retrouve encore une fois tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série et du tome précédents : des héros charismatiques et bien distincts les uns des autres, de l’action et un rythme soutenu, et de l’humour en veux-tu-en-voilà (trop peut être pour certains ?). La cadence était un poil plus rapide puisque nécessitant moins d’explication/présentation.

« Out of the corner of my eyes, I saw Alex swaying at the top of a tree […].
I realize what she was planning: sea wanted to jump onto the dragon’s neck.
That was such a stupid plan it made me fell better about my own stupid way of dying.
»

La venue d’un nouveau personnage, Alex, apporte un petit souffle de renouveau dans la dynamique des relations entre les personnages, même si pour le moment je ne sais pas trop qu’en penser. Pas tant au niveau du personnage en lui même – qui est plutôt sympathique à suivre et possède, à l’instar des autres, un passé intéressant que l’on découvre au fur et à mesure – mais en ce qui concerne sa « particularité » : dernièrement Rick Riordan intègre à ses romans des personnages très différents de ceux que l’on rencontre habituellement -surtout dans des livres jeunesses-, à savoir des personnages gay, musulmans,… ce qui lui permet d’aborder des thèmes bien précis, de faire réfléchir ses jeunes lecteurs et de diffuser un message de tolérance et d’acceptation. Et Alex n’échappe pas à ce traitement. Et autant c’est très positif sur les points abordés précédemment, autant j’ai l’impression que ça devient une sorte de mode dans les films séries, et je me demande dans quelle mesure le choix de la particularité de ce personnage est « honnête et naturel » ou justement soumis à cette mode… Je vous laisse découvrir de quoi je parle en lisant ce roman 😉

« All around the circomference of the walls […] stood mumified men. […]. I saw no exit from the room.
« 
Well, this is perfect, » I said. « They’re going to wake up, aren’t they? Those ten guys– »
« 
Twelve, » Sam corrected.
« Twelve guys with big swords, » I said

Dernier point, et c’est là que j’attendais Rick, a-t-il réussit à lier les univers mythologiques grecques et viking ?
Oui,… et non ! Il a en quelque sorte intégré Dieu (Allah) via Samirah en offrant une (petite) interprétation. Rien de concret, donc, puisque c’est plus la théorie de l’un de ses personnages…
Annabeth est bien présente par contre, pont avec le cycle grec, et les quelques dernières lignes du tome annonce une potentielle mission commune avec d’autres personnages de Percy Jackson ! fingers crossed !

Un tome fidèle aux précédents, pas particulièrement transcendant mais agréable à lire, et qui se renouvelle tout de même avec l’ajout de nouveaux personnages. La série étant annoncée en trois volumes, il reste à espérer que le rythme restera équilibré et que l’auteur ne cherchera pas à précipiter les évènements, ni à clôturer les histoires personnelles de certains personnages de manière trop brusque !

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

a

About the author

Graphiste dans le monde de l'édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

1 comment on “CRITIQUE DE LIVRE : MAGNUS CHASE ET LES DIEUX D’ASGARD #2”

  1. Pingback: CRITIQUE DE LIVRE : MAGNUS CHASE ET LES DIEUX D’ASGARD

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :