COUP DE CŒUR : GARDIENS DES CITÉS PERDUES T01-03

Bonjour ! Aujourd’hui, je vais vous présenter Gardiens des cités perdues. Ce roman étant publié par la maison d’édition pour laquelle je travaille, je préfère vous prévenir dès le début, pour que vous puissiez passer votre chemin si vous pensez que mon avis n’est pas objectif.

Après avoir dévoré Harry Potter, j’étais désespérément parti à la recherche d’un successeur dans la littérature jeunesse capable de susciter des émotions et un plaisir de lecture semblables, avec ma foi des résultats peu concluants. Jusqu’à ce roman qui, même s’il ne l’égale pas totalement (et en même temps, c’est plutôt difficile), fait preuve de qualités communes avec son grand-frère. Les livres sont vraiment très beaux, grâce aux illustration de Jason Chan (http://www.jasonchanart.com/), et bénéficient d’un pelliculage brillant et d’un logo en or a chaud en première de couverture et sur le dos du livre.

Pour lire la critique du tome 4, c’est par ici !


A

Gardien T01_fiche technique copie copieGARDIENS DES CITÉS PERDUES
de Shannon Messenger

« Peut-on vraiment quitter tout ce que l’on connaît,
pour un monde inconnu dont on ignore tout ? »

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à haute voix. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’histoire naturelle quand Fitz, un étrange garçon, l’aborde.

Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle apprend qu’elle n’est pas humaine et doit abandonner sa vie et sa famille pour rejoindre un autre monde, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. Mais elle va rapidement découvrir qu’elle se détonne même parmi les siens, et qu’elle est amenée à jouer un rôle dans un complot latent au sein de ce nouvel univers…

a

J’ai passé un bon moment de lecture en lisant ce livre. Si j’avais quelques aprioris avec le côté elfique au début (tout comme l’héroïne) ça s’est vite dissipé. Ce sont bien des elfes, mais ils se distinguent de leurs représentations habituelles (ils ne vivent pas dans les arbres et n’ont ni arc ni flèches). L’héroïne nous embarque dans un univers riche et bien détaillé que l’on découvre à travers ses yeux d’étrangère. Les paysages, les créatures qui y vivent (certaines sont des créations originales, d’autres issus du monde de la fantasy), les tenues vestimentaires, l’architecture des bâtiments et le fonctionnement des technologies, tout y est décris avec un grand soin. Les elfes vivent en paix (toute relative) avec les autres créatures fantastiques telles que les gnomes, les nains, les gobelins et les trolls, cachés du monde des hommes qui les ont autrefois trahis. Leurs cités sont belles et riches et personne n’y manque de rien. La plupart d’entre eux développent une ou plusieurs capacités spéciales. Leur espèce est décrite comme étant sage, évoluée, civilisée… Bref proche de la perfection (physique également). L’ensemble est baigné dans une atmosphère de magie et de mystère, des zones d’ombre étant astucieusement glissées ici et là pour nous donner envie d’en savoir plus. Et bien qu’à première vue tout semble idyllique et parfaitement huilé, l’envers du décor est un peu moins reluisant…

Les personnages, quant à eux, sont très attachants et on prend plaisir à les suivre, à commencer par l’héroïne un peu mal dans sa peau et qui déteste être au centre de l’attention. Malheureusement pour elle, si elle pensait se fondre un peu mieux dans la masse une fois parmi les membres de sa propre espèce, c’est un raté ! Déjà pour commencer, ses yeux marron tranchent carrément au milieu des yeux azurs de ses pairs, ensuite sa télépathie est bien supérieure à celle des autres et son esprit y est imperméable. Mais surtout elle vient des cités interdites, du monde des humains. On la prend en sympathie alors qu’elle tente tant bien que mal de s’intégrer et de s’habituer aux us et coutumes locales, ainsi qu’à la séparation d’avec sa famille humaine. Son entrée à Foxfire, l’école des elfes, est l’occasion pour elle (et pour nous) de découvrir une galerie de personnages sympathiques qui ne mettront pas longtemps à rejoindre la « team Sophie ». C’est un des aspects du livre que j’ai beaucoup apprécié, et qui contribue pour moi à renouer avec l’esprit Harry Potter (en dehors de l’école et de l’univers magique s’entend). J’apprécie beaucoup que l’héroïne ne soit pas seule ou peu entouré, mais au contraire soutenue et guidée par une bande d’amis, adultes et ado, qui vont l’accompagner dans ses aventures et participer à l’intrigue. D’ailleurs si j’avais pu regretter que ce ne soit pas plus le cas dans le premier volume, l’auteure se rattrape grandement avec les tomes suivants. Les personnages et leur personnalité évoluent également au cours des tomes et c’est très appréciable.

Pour en revenir à l’intrigue, elle met un peu de temps à se mettre en place, la présentation de cet univers et l’apprentissage de Sophie prenant la majeure partie du roman, mais c’est pour mieux nous expliquer comment les capacités elfiques fonctionnent, comment les renforcer, … Et avons le, il aurait été étrange que sans formation ni entraînement, et sans connaître l’étendue de ses capacités, l’héroïne ait été capable de les utiliser en situation périlleuse. Car si la paix règne en apparence, Sophie ne tarde pas à découvrir que les elfes ne sont pas aussi unis qu’elle l’avait pensé, et la jeune fille se retrouve plongée au cœur d’un complot qui menace le monde des hommes et celui des elfes. Les feux ciblants les cités interdites ont-ils une origine humaine ou elfique ? Qui est ce mystérieux groupe lui envoie ces messages énigmatiques et d’où lui viennent ses capacités ? Et pourquoi l’a-t-on abandonnée parmi les hommes ? Autant de questions qu’elle va devoir résoudre, quitte à transgresser quelques règles au passage… Mais sera-t-elle suffisamment rapide ?

Gardiens des cités perdues fait partie de ces récits que l’on prend plaisir à relire plusieurs fois. Si le récit présente de petites maladresses et quelques similitudes avec Harry Potter, la série va progressivement s’en détacher, gagner en assurance et en profondeur au fil des pages, pour nous proposer une aventure originale, haletante et hautement additive. Un récit difficile à lâcher, à mettre entre toutes les mains !

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

a

About the author

Graphiste dans le monde de l’édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

5 comments on “COUP DE CŒUR : GARDIENS DES CITÉS PERDUES T01-03”

  1. Sia Répondre

    Une série qui m’est aussi chère qu’Harry Potter ! Et comme tu le dis, elle va en s’améliorant : j’avais quelques points de récrimination sur le deuxième tome mais le 3e a dépassé toutes mes espérances !

    • Mathieu Répondre

      Attends le 4 ;). Il y a de nouveaux personnages, on découvre le royaume des ogres, et on commence à avoir tout plein de réponses sur le black swan. Et les personnages évoluent beaucoup aussi, avec tout ce qu’ils vivent ! (Je l’ai lu en vo)

  2. La route des lecteurs Répondre

    Je n’ai toujours pas lu le premier tome alors qu’il est dans ma PAL depuis des lustres. Je dois dire que c’est plus par manque de temps que par manque d’envie ^^ J’espère accrocher tout autant que la plupart 🙂

  3. Pingback: CRITIQUE DE LIVRE : GARDIENS DES CITÉS PERDUES 4

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :