CRITIQUE DE LIVRE : MAGISTERIUM T01

Je me suis plongé dans Magisterium au cours d’une période de lecture creuse (comprenez que ma PAL était plutôt basse et sans romans que je brulais particulièrement de lire, en tout cas à ce moment là), et c’était celui qui me motivait le plus : écrit à quatre mains par Holly Black, auteure des Chroniques de Spiderwick, et Cassandra Clare, The mortal instruments, il avait de quoi promettre un bon moment de lecture. Qu’en est-il au final ? Suivez-moi pour le découvrir !

Le livre en tant qu’objet est relativement sympathique : la couverture souple brochée comporte une illustration que je trouve un poil floue/pixellisée mais en soit plutôt efficace, et le logo-titre est en fer à chaud métallisé.



MagisteriumT01_fiche-technique-copieMagisterium 1 – L’épreuve de fer

de Holly Black & Cassandra Clare

« Ici, vous serez en contact avec des esprits, des créatures d’une grande beauté,
qui sont aussi très dangereuses.
Elles existent depuis la nuit des temps.
Vous apprendrez à soumettre l’eau, le feu, l’air, la terre à votre volonté.
Vous étudierez notre passé, car vous êtes notre avenir.
Vous découvrirez ce que dans des circonstances ordinaires
vous n’auriez jamais eu le privilège de voir.
Vous apprendrez de grandes choses, et vous en ferez de plus grandes encore.
Bienvenue au Magisterium ! » 

Résumé éditeur :
Dans une grotte, un nouveau-né abandonné. Gravée dans la glace, une inscription de la main de sa mère : « TUEZ CET ENFANT »
Douze ans plus tard…
Callum Hunt est devenu un garçon comme les autres. Ou presque. Car il a tout fait pour ignorer la magie qu’il portait en lui. Mais à présent Cal est rattrapé par un don qu’il n’arrive pas à maîtriser, et il doit intégrer le Magisterium. Un endroit fabuleux et terrifiant, où il va découvrir les secrets obscurs de son passé. L’Épreuve de Fer commence à peine. Le plus grand défi reste à venir…


Depuis sa plus tendre enfance, Callum Hunt a dû apprendre trois règles par coeur : ne jamais faire confiance à un magicien; ne jamais réussir une épreuve soumise par un magicien; ne jamais suivre un magicien au Magisterium. Aussi, le jour où il est invité à participer à l’épreuve de fer, qui, réussie, donne le droit de se rendre au Magisterium pour y suivre une formation de magicien, Callum fait tout ce qui est en son pouvoir pour échouer. À sa grande horreur, et celle de son père, il va pourtant y être admis, et sera forcé de quitter son foyer pour cet étrange endroit. Sa mission désormais : réussir à fuir ou se faire renvoyer.

Autant vous prévenir tout de suite, je ressors plutôt mitigé de cette lecture… Si le début du roman était prometteur (un enfant seul survivant d’un massacre, une inscription gravée de la main de sa mère implorant qu’on le tue, un héros handicapé, de la magie,…) j’ai fini par déchanter au fil de ma lecture.

Le héros, un peu tête à claque dans les premiers chapitres, fini par devenir plus attachant, et son don tout naturel pour le sarcasme et ses réflexions bien senties était plus que bienvenus pour égayer l’intrigue. Il faut également signaler qu’il est plutôt rare d’avoir pour personnage principal un « handicapé », et c’était plutôt intéressant de voir comment ça influait sur son caractère, ses réactions,… et sur l’histoire en général. Il à également été élevé par son père, plutôt froid et distant, avec l’idée que la magie et ceux qui la pratiquent sont mauvais et dangereux et qu’il doit donc s’en méfier. En bref, un personnage qui, sur le papier, semblait bien complexe et promettait d’être captivant à suivre. Et au demeurant, c’est effectivement le plus intéressant de tous, mais les trop importantes similitudes avec Harry Potter, et d’autres romans, auront fini par gâcher cette lecture. Quand aux autres personnages, et notamment les camarades et « amis » de Cal, ils sont plats, sans grand intérêt, et l’évolution des relations qui les lient se fait par « à-coup » et de manière peu naturelle.

«Ils poussèrent un cri d’excitation : Tamara parce qu’elle était heureuse,
Aaron parce qu’il aimait voir les autres heureux,
et Cal parce qu’il était sûr qu’ils allaient tous mourir.
 »

L’histoire quant à elle aurait pu être intéressante (un héros que sa mère voulait que l’on tue – pour quelles raisons ? – Une ancienne guerre magique avec un leader disparu mais qui pourrait un jour revenir coucou Voldemort, une magie « ténébreuse » dont les pratiquants sont extrêmement rares, un héros qui ne veut surtout pas être là,…) mais c’était la encore sans compter sur les éléments de l’intrigue qui sont bien souvent trop prévisibles et clichés pour relancer l’intérêt, et la fin n’est vraiment pas surprenante. Quant à la grosse révélation sur Cal, je pense qu’il aurait été préférable d’attendre plusieurs tomes avant de la dévoiler, histoire de vraiment donner le temps à sa relation avec les autres protagonistes et son rôle dans cet univers de devenir plus important, avant de tout retourner… Après ça dépend bien sûr de combien de tomes sont prévus et de ce que les auteures compte faire de cette nouvelle donnée.

L’écriture de son côté ne m’a vraiment pas convaincue, trop plate et trop peu travaillée (peut-être est-ce dû à la traduction, mais n’ayant pas lu le texte en V.O difficile de trancher). Vraiment, je m’attendais à beaucoup mieux, même pour un roman conseillé à partir de 12 ans…


Une grosse, grosse déception au final. Je trouve extrêmement dommage qu’un roman écrit par DEUX auteures pourtant confirmées soit de cette qualité, et qu’il n’atteigne même pas au moins le niveau de certains romans écrits par de tout jeunes auteurs… J’ai presque le sentiment qu’il s’agit d’un travail de commande, et que les deux créatrices l’ont fait sans vraiment s’impliquer. Et surtout au vu du nombre de reprises d’autres romans, tant au niveau des personnages que des éléments narratifs…

Ceci dit, le roman comporte tous les ingrédients suffisants pour plaire à de jeunes lecteurs qui excuseront plus facilement le niveau de l’écriture, et ne seront peut-être pas au fait des similitudes avec d’autres œuvres littéraires. L’aventure reste intéressante et fait appel à tout un bestiaire de créatures magiques qui raviront sûrement un public jeune. Je ne pense pas que je lirai la suite, donc impossible pour moi de vous dire si  l’ensemble s’améliorera au fil des tomes…

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

a

About the author

Graphiste dans le monde de l’édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

2 comments on “CRITIQUE DE LIVRE : MAGISTERIUM T01”

  1. La route des lecteurs Répondre

    Dommage que tu sois déçu :-/
    Je ne pensais pas le lire, même si les tomes sortis sont à la bibliothèque. Cela m’apparaissait très jeunesse et puis, je ne sais pas, pas trop intéressé. Finalement, j’ai l’air de n’avoir rien manqué ^^

    • Mathieu Répondre

      Non effectivement. Je pense qu’il faut être très jeune pour vraiment aimer ce roman. C’est surtout très décevant de la part de deux auteures qui ont pourtant de la « bouteille ».

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :