CRITIQUE DE LIVRE : KAT, APPRENTIE MAGICIENNE

Quand Les quatre filles du docteur March rencontre Harry Potter ça donne Kat, apprentie magicienne, une série rondement menée et pleine de magie !

C’est grâce à Goodreads (le Babélio anglophone) que j’ai découvert cette trilogie. Les critiques étaient toutes positives, la couverture et le résumé séduisants et pis le coffret était en promo !, alors j’ai craqué. Et j’ai eu bien raison puisque j’ai vraiment passé un excellent moment dans cet univers magique en pleine période pré-victorienne, et notamment grâce à l’héroïne délectablement drôle et espiègle. Et bonne nouvelle, ils viennent tout juste d’être édités en français aux éditions du seuil. J’ai lu cette trilogie en VO parce que j’ignorais qu’ils étaient édités en France (je n’ai même pas cherché à vrai dire, j’ai directement opté pour le coffret complet), et c’est donc cette version que je vais vous présenter.

Les volumes viennent dans un coffret reprenant l’illustration du premier tome. Ils sont brochés, ont un pelliculage mat, et si la couverture du premier est recouverte de petites étincelles de magie en fer à chaud brillant (de couleur anis), ce n’est pas le cas des tomes suivants qui ne présentent pas d’enrichissements de couverture particuliers. Petit regret, le papier intérieur est plutôt fin (mais s’il avait été plus épais, les livres auraient eu un dos beaucoup plus large, et je pense que c’est ce que l’éditeur a voulu éviter étant donné le caractère jeunesse du livre). Les illustrations d’Annette Marnat sont plutôt jolies et traduisent bien l’univers et l’époque du livre.


a

Kat_fiche technique

KAT, INCORRIGIBLE
de Stephanie Burgis

« I was twelve years of age when I cut my hair short,
became a highwayman, and captured husbands for both of my sisters. »

En 1803, les jeunes filles de bonne famille apprennent à faire des révérences. Pourtant Katherine Ann Stephenson (Kat, pour les intimes) n’a rien de la jeune fille exemplaire que sa belle-mère s’efforce, en vain, de faire d’elle. Contrairement à ses sœurs qui viennent avec succès de faire leur entrée dans la Société, il lui est impossible de rester en place plus de quelques minutes.
Lorsque sa sœur ainée consent  à un mariage arrangée avec le vieux Sir Neville, soupçonné d’avoir assassiné sa première femme, pour protéger la famille de la ruine, Kat décide d’intervenir et de prendre les choses en mains. Si seulement elle pouvait mettre la main sur le livre de magie de sa défunte mère et apprendre à maîtriser ses pouvoirs… Mais en fouillant dans ses affaires, elle ouvre accidentellement un portail qui la propulse au beau milieu d’une organisation secrète de magiciens…

a

On prend vraiment plaisir à découvrir la famille de notre héroïne. Kat, la benjamine, à trois sœur, Elissa et Angeline, un frère, Paul, et est chaperonnée de près par une belle-mère un rien austère et tendue (Kat ne l’aide pas beaucoup à se détendre il faut dire). Son père, pasteur et un peu effacé, n’est que très rarement présent dans l’histoire (rassurez-vous, son comportement est expliqué dans le roman). Si leur niveau de vie est plutôt élevé, faisant partie de la Société anglaise, leur réputation ne l’est pas tellement, La mère de l’héroïne ayant eu la réputation (à raison) d’être une sorcière.

Les personnages sont vraiment bien construits et possèdent chacun des caractères différents, mais ce qui les rend vraiment charismatiques ce sont les relations qui les lient et qui donne du sel à ce roman. On se prend d’amitié pour Elissa, jeune femme bien éduquée, patiente, posée, réfléchie, qui veille materne sur le reste de la fratrie. Angeline, qui sous des airs de demoiselle bien-comme-il-faut, possède un caractère bien trempé et aime se chamailler avec sa plus jeune sœur. Si on découvre très peu Paul dans ce premier volume, il sera au cœur de l’intrigue du tome suivant, et son personnage finira par se développer dans le dernier. Et Kat. Comment vous dire à quel point je l’ai apprécié ? Elle est décidée et énergique. Elle n’a peur de rien, fonce sans réfléchir et elle ose faire des tas de choses, sans se préoccuper le moins du monde de l’étiquette et de l’avis des adultes. Elle nous livre régulièrement son avis et ses impressions sur le « monde des grands » et la société en général, sous forme de dialogues intérieurs qui sonnent vraiment comme ceux d’une enfant de dix ans. Même la belle-mère (je ne crois pas que son nom soit dévoilé une seule fois, l’héroïne se bornant à l’appeler stepmama) finira par montrer une autre facette de sa personnalité et j’ai fini par l’apprécier. En fait ce livre fait la part belle aux femmes, personnages forts, tandis que les hommes sont au contraire bornés au rôle de spectateur, à quelles exceptions près.

L’univers est très détaillé, sans devenir trop lourd. On sent que l’auteure a fait des recherches sur l’époque à laquelle se déroule le récit, sur la société, les tenues vestimentaires,… et toutes ces informations sont délivrées progressivement au fil de la lecture. La magie quant à elle est répartie parmi deux groupes distincts (et pas franchement amis) : les Gardiens (sorte de magiciens) et les sorciers. Si les premiers travaillent officiellement pour le royaume, les autres sont contraints à la clandestinité suite à un conflit ayant brisé les relations qui existaient jusqu’alors entre les deux factions.

L’intrigue très drôle et légère au début, gagne progressivement en profondeur au fur et à mesure que l’histoire se développe. Bien que les trois tomes aient chacun une aventure bien définie, une trame plus générale vient également se dérouler en arrière-plan pour lier les trois ouvrages ensemble, avant de trouver une conclusion dans le dernier volume, un peu à la harry potter. Sans trop en dévoiler sachez seulement qu’il y a de la magie (on s’en doute !), des complots, des guerres magiques, de la romance (au grand dam de katherine !), des enquêtes, des retournements de situation, et de l’aventure en veux-tu en voilà !

Je vous conseille vraiment cette série de livres tant pour l’univers et l’histoire que pour les personnages. J’ai vraiment adoré suivre les aventures de Kat, et mon seul regret est l’absence d’un tome supplémentaire, d’autant plus que la fin du dernier volume m’a plutôt donné l’impression que tout commence réellement pour l’héroïne. Fingers crossed ?

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

 

About the author

Graphiste dans le monde de l'édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

4 comments on “CRITIQUE DE LIVRE : KAT, APPRENTIE MAGICIENNE”

  1. Pingback: CRITIQUE DE LIVRE : COURTING MAGIC

    • Mathieu Répondre

      Et ils sont faciles à lire même en anglais :). À toi de voir si tu préfères cette édition à la française…

  2. Pingback: CRITIQUE DE LIVRE : SORCERER TO THE CROWN #1

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :