COUP DE CŒUR : A DARKER SHADE OF MAGIC #01

Je suis tombé sur cette petite merveille par hasard en me promenant sur Goodreads, et quand j’ai vu que les notes et les critiques étaient vraiment très bonnes, et bien sûr en voyant la couverture, j’ai craqué ! Comme le roman n’est pas encore publié en France (mais ça ne saurait tarder j’espère…), je l’ai lu en anglais, dans son édition américaine.motifchapitre> L’objet-livre est superbe : une couverture reliée blanche avec logo en fer à chaud rouge sur la tranche, habillée d’une jaquette également blanche et au pelliculage mat et ornée d’une illustration « flat design » (aplats de couleurs, sans effet de volume, d’ombrage,…) de Will Staehle (vous trouverez ici un article sur la création de la couverture), en rouge et noir j’oublierai mes peurs. De plus chaque ouverture de partie commence par une page illustrée d’un plan en N&B (de Londres ?) J’adore !

L’édition anglaise reprend le même concept, mais en essayant d’être un peu plus figurative/détaillée.

Pour lire la critique du tome 2, c’est par ici !
Et pour celle du tome 3, par là !


ShadeOfMagic1_fiche-techniqueA DARKER SHADE OF MAGIC
(SHADE OF MAGIC #01)
de Victoria Schwab

« Power could not be cultivated like a crop,
distilled through generations. If it could, Antari would be sewn and reaped.
They were ideal vessels, capable of controlling any element, of drawing any spell,
of using their own blood to command the world around them.
They were tools, and in the wrong hands, weapons.
Perhaps the lack of inheritance was nature’s way of balancing the scales,
of maintaining order.
 » 

Résumé éditeur :
La plupart des gens ne connaissent qu’un seul Londres; Et s’il y en avait plusieurs ? Kell est l’un des derniers magiciens voyageurs possédants la très rare capacité de voyager entre les différents Londres parallèles : le Londres Gris, sale, surpeuplé et sans magie, royaume du roi fou , George III; Le Londres Rouge, où vie et magie sont vénérés. Et enfin, le Londres Blanc, dirigés par quiconque aura réussi à prendre le trône par la force.
Mais autrefois, il existait également un Londres Noir… boussole
Laissez-moi être direct,  c’est un ÉNORME coup de cœur ! Dans ce roman on rencontre une galerie de personnages vraiment charismatiques (jusqu’aux personnages très, très secondaires, c’est vous dire), bien travaillés, plaisants à suivre et possédants tous une personnalité et un caractère propre ! À commencer par Kell, l’un des deux personnages principaux, qui nous entraîne dans ce premier tome à travers différents univers parallèles et différents Londres.
Si les quatre mondes étaient autrefois connectés entre-eux -permettant à tous ceux qui pratiquaient la magie de pouvoir circuler librement de l’un à l’autre-, une catastrophe (dont je ne vous dirais rien, n’insistez pas) a conduit les dirigeants de l’époque à fermer ces « portes », isolants ces univers les uns des autres. Depuis, seuls les magiciens de « sang » (Blood magicians) sont encore capables de voyager, mais ces derniers sont de plus en plus rares…
Vous-vous en doutez, Kell est l’un d’entre-eux, et sa capacité lui vaut d’être l’émissaire/messager de ses souverains du Londres Rouge, afin de maintenir un semblant de relation avec ses homologues. Avec pour seule règle à respecter : ne transférer aucun objet d’un monde à l’autre, afin de maintenir la séparation complète. Oui, mais Kell est un collectionneur, et après tout, où est le danger à faire de petites entorses au règlement de temps en temps ?

« Looking for trouble, he’d say. You’re gonna look till you find it.
Trouble is the looker,
she’d answer. It keeps looking till it finds you. Might as well find it first.
Why do you want to die?
I don’t,
she’d say. I just want to live. »

L’autre personnage principal, Delilah Barde -qui préfère Lila- est absolument savoureuse malgré, et je suis obligé de vous l’avouer, un début un peu difficile : elle m’a vraiment horripilé la toute première fois qu’elle est apparue dans le roman, ses réactions, son comportement étant tout ce que je déteste IRL. Heureusement c’était juste un faux départ, et elle a fini par rapidement devenir mon personnage préféré de cette trilogie. C’est une tête brûlée, courageuse (inconsciente ?), avec de nombreux talents propres à son statut de voleuse, pas spécialement belle, forte mais un peu âbimée par la vie (ce qui transparait dans les rares moments où elle se confie sur son passé, donnant une vraie profondeur à l’héroïne). Son mordant, son cynisme et les petites piques qu’elle lance ici et là font de ses apparitions des passages très délectables.

« Kell frowned. “I’ve never met anyone like you.”
He hadn’t meant it as a compliment, but Lila took it that way, flashing him a grin.
“What can I say,” she said, “I’m one of a kind.”
»

L’univers du roman est quant à lui extrêmement riche et complexe, puisque l’auteure n’en a pas créé un, mais quatre, possédant chacun leur propre identité et caractéristiques, et cela passe aussi bien par le mode de vie de ses habitants, que leur rapport à la magie, l’architecture des bâtiments… Et le tout est amené de manière progressive pour ne pas surcharger le lecteur d’une avalanche d’informations. On est au contraire amené au fil de l’histoire (épique!) et des pérégrinations de nos héros, à découvrir un monde, puis un autre et ainsi de suite, jusqu’à pouvoir visualiser de manière vraiment complète et détaillée les différents décors où prend place cette aventure.

« Aren’t you afraid of dying?” he asked Lila now.
She looked at him as if it were a strange question. And then she shook her head.
“Death comes for everyone,”
she said simply. “I’m not afraid of dying. But I am afraid of dying here.”
She swept her hand over the room, the tavern, the city.
“I’d rather die on an adventure than live standing still.
»

La magie ordinaire (comprenez la magie banale, qui entoure les gens à la manière d’Harry Potter, avec ses confiseries, ses hiboux, ses costumes, ses objets magiques…) est relativement discrète dans ce premier volume (mais prend beaucoup plus de place dans le second), et dispersée de manière inégale dans les différents espaces traversés. On alterne donc entre moments de découvertes, de visite, d’aventure et d’action pure, avant de faire face à des passages où la magie est mise à l’honneur (description d’univers, combat, sortilèges…), avant d’en être de nouveau coupé.
À noter d’ailleurs que dans le roman  de Victoria Schwab, la magie est considérée comme un être vivant, conscient (bien qu’il soit impossible de communiquer avec) et doué d’une volonté propre. À voir ce que ça peut donner dans les tomes suivants, surtout après la lecture du deuxième volume… 😉

« Rhy laughed silently. “I apologize for anything I might have done. I was not myself.”
“I apologize for shooting you in the leg,” said Lila. “I was myself entirely.” »

« Kell managed an echo of her smile, and [Lila] gasped. “What’s that on your face?”
The smile vanished. “What?”
“Never mind,” she said, laughing. « It’s gone. » »

boussole

Un premier roman haletant, bourré d’action et d’aventure, avec des héros et des vilains très convaincants ! Un premier tiers tout en douceur pour nous laisser prendre pied dans des univers complexes et distincts, avant de nous entraîner dans une course haletante, donc la finalité n’est autre que la sauvegarde de plusieurs univers !

À noter : ce premier tome fait pour moi plus office d’entrée en matière de l’univers, des différents protagonistes/antagonistes et des enjeux pour préparer la véritable histoire, qui ne commence vraiment que dans le deuxième volume. Mais contrairement à certains romans qui ont le défaut d’avoir une très (trop) longue scène d’ouverture et de placement d’univers, l’auteure à réussi ici à faire de cette phase de présentation un roman complet (et qui pourrait d’ailleurs se suffire à lui-même, même si ce serait vraiment dommage de se passer du tome suivant) avec une histoire véritablement intéressante, qui n’augure que du très bon pour la suite ! Un roman à lire, vraiment, avec en plus une écriture très agréable et fluide, et dans un anglais relativement facile à lire !
LISEZ-LE !
motifchapitre

a

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

a

About the author

Graphiste dans le monde de l’édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

7 comments on “COUP DE CŒUR : A DARKER SHADE OF MAGIC #01”

    • Mathieu Répondre

      J’avais contacté l’éditrice et l’auteure du roman en leur demandant, à défaut de me dire par quelle maison d’édition (trop compliqué si l’éditeur préfère gérer l’annonce de publication à son rythme), si elles pouvaient au moins me dire le titre était en voie d’être publié en France. Je n’ai eu aucune réponse de leur part donc toujours un mystère. J’adorerais pouvoir travailler sur ce titre ^^, mais bon…

  1. Pingback: COUP DE CŒUR : A GATHERING OF SHADOWS #02

  2. Pingback: CRITIQUE DE LIVRE : SORCERER TO THE CROWN #1

  3. Pingback: COUPS DE CŒUR : A CONJURING OF LIGHT #3

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :