COUP DE CŒUR : TOBIE LOLNESS

Je suis tombé sur ce petit bijou de la littérature jeunesse tout à fait par hasard en allant me protéger de la pluie à la FNAC, et ma nature d’acheteur compulsif à fait le reste quand je suis passé devant cette magnifique couverture. Pourtant en l’achetant je ne m’attendais pas à avoir un tel coup de cœur…

Cette série, qui fête ses 10 ans, vient tout juste d’être rééditée en un seul volume réunissant les deux d’origines pour l’occasion : la couverture, toute simple, est habillée par une jaquette dépliante formant un poster recto-verso présentant l’arbre où se déroule notre aventure, et le roman recèle de nombreuses illustrations noir & blanc qui viennent servir le récit. Très délicates et poétiques, elles sont l’œuvre de François Place.


Tobie-Lolness_fiche-technique-copieTobie Lolness – La vie suspendueLes yeux d’Elisha
de Timothée de Fombelle

« Sa mère, qui lui avait appris à lire à l’âge de trois ans, lui disait que les mots sont des combattants de l’ombre. Si on choisit de devenir leurs amis, ils nous aident toute la vie. Sinon, ils se mettent en travers de notre chemin. Maïa lui expliquait que c’était à cause de cela qu’on disait « connaître » un mot ou un langage, comme « connaître quelqu’un ».
Tobie, après pas mal d’efforts, était devenu l’ami des mots. Tous les jours, il voyait les miracles qu’ils font. Ils l’avaient sauvé de la solitude et de l’ennui.
»

Résumé éditeur :

Courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens… Tobie Lolness ne mesure pas plus d’un millimètre et demi. Son peuple habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée. Seul Tobie a pu s’échapper. Mais pour combien de temps ?

Au cœur d’un inoubliable monde miniature, un grand roman d’aventure, d’amitié et d’amour.


illu-1
Ce roman est un vrai petit chef-d’œuvre,
 difficile à refermer une fois la lecture commencée. Si je m’attendais au départ à quelque choses se rapprochant des borrowers ou des minimoys, j’ai rapidement réalisé que ce roman était bien plus dense et complexe, véritable représentation et condensé de notre propre monde et de notre Histoire.

Le roman commence par une course poursuite, celle de Tobie, blessé, traqué comme une bête par des assaillants lancés à ses trousses pour une mystérieuse raison, qui ne sera dévoilée que bien plus tard dans le roman. Car c’est là l’une des forces et originalités de ce récit : l’intrigue ne suit pas un cheminement linéaire, d’un point A vers un point B, mais au contraire deux timelines, passé et présent, qui se succèdent et se déroulent en parallèle l’une de l’autre au moyen de flash-back. On se retrouve face à un puzzle, une histoire à trous, dont les pièces ne se dévoilent et s’assemblent que progressivement et pas nécessairement dans l’ordre dans lequel on les attendait, et il en ressort un récit terriblement haletant, où chaque action et évènement rajoute son lot d’attentes et de questionnements, sans que jamais l’intérêt ne retombe, et passe de moments durs, cruels et tristes à des passages magnifiques emprunts de douceur et de poésie. Je n’ai pas honte de vous avouer avoir versé une petite larme à plusieurs reprises (et ce n’est pas évident quand on est dans le train, croyez-moi !)

« Ce jour-là, Tobie comprit, en regardant Maïa, que quand on pleure quelqu’un,
on pleure aussi ce qu’il ne nous a pas donné […]
Comme si, jusqu’au bout, on garde l’espoir d’un geste ou d’un mot qui rattraperait tout.
Comme si la mort tue ce geste qui n’a pas été fait ou ce mot qui n’a jamais été dit. »

francois_place_tobie_lolness_branches

L’histoire se déroule en grande partie sur l’Arbre, où vit une communauté de petits hommes pas plus hauts que 2 mm (Poucette est une géante à côté), inconscients de la nature d’être vivant de leur abri. Pour eux, ce dernier fait office de monde, d’univers – complet et fini – et cela donne lieu à un microcosme permettant à l’auteur d’établir un parallèle avec notre propre monde et de le mettre en perspective. Et c’est en partie la raison pour laquelle je pense que ce livre à toute sa place parmi les classiques de la littérature et devrait être abordé à l’école : les personnages, en tentant d’élucider le mystère que représente cet environnement, provoquent un enchaînement d’évènements qui seront l’occasion d’aborder des thèmes, des questionnements et des notions, aussi bien philosophiques que sociaux, moraux, comportementaux… On y aborde le progrès technologique, ses conséquences sur la société et l’environnement, la cupidité de ceux prêts à tout pour s’enrichir en faisant fi des implications, et les réactions de ceux qui les suivent – ou non -, qu’ils soient motivés par l’amour, la haine, la peur de l’autre et de l’étranger, l’appât du gain, la naïveté, l’envie de protéger les leurs… En résumé ceux qui se posent des questions, réfléchissent et agissent, et ceux qui suivent, bêtement et acceptent de se faire manipuler.

On y voit tout le prisme de l’humanité (notre humanité) dans ce quelle recèle de meilleur et de pire, on s’attarde sur les actions (bonnes ou mauvaises) et leurs conséquences (là encore bonnes ou mauvaises…). On y aborde le développement durable, les problématiques d’écologie, du mieux vivre ensemble, la tolérance, la trahison, l’entraide, le courage ordinaire, l’esclavage, la dictature, la propagande, … Et à mon sens, ce roman, en exposant tout cela, délivre les notions fondamentales que chacun se doit de posséder pour devenir un acteur responsable et réfléchi de la société.

« Encore un que Tobie ne reverrai jamais. C’était la loi de sa vie :
les gens qu’il aimait s’évaporaient, et il n’en restait plus qu’une poussière d’or qui lui piquait les yeux. »

Le récit est servi par des personnages qui reprennent cette mise en perspective. S’ils sont parfois un peu caricaturaux, chacun représentant un des « caractères types » qu’il est possible de rencontrer dans la vie, ils sont tout de même bien travaillés et intéressants à suivre. Qu’on les admire ou qu’on les déteste, chacune de leur action est vraiment motivée. On retrouve le héros, qui est devenu par la force des choses et malgré lui, un rebelle et un défenseur de la justice, les lanceurs d’alerte méprisés et stigmatisés car allant à l’encontre de l’opinion publique et des pouvoirs en place, les politiques/industriels véreux, et les gens ordinaires, pris dans les grands chambardements de la vie, et qui vont devoir choisir leurs positions. Et les « autres » aussi, les « pelés » qui sont perçus comme une menace et que l’on découvrira dans la seconde partie du roman.

« Il était à la fois la catapulte et le boulet. Surtout le boulet. » 

Impossible de parler de ce roman sans mentionner la plume de l’auteur : Timothée de Fombelle à un style d’écriture fluide et élégant, tout en finesse et en poésie, et s’amuse avec la langue française et ses expressions. La lecture est un vrai régal et m’a volé de nombreux sourires ! Je lis bien trop souvent des romans où le texte est d’une grande banalité, comme si les auteurs se préoccupaient plus de raconter une histoire que de comment la raconter. Ici les deux sont énormément travaillés et fonctionnent en synergie. Encore un plus pour les jeunes lecteurs, qui pourront découvrir toute la beauté de notre langue 🙂 !

« Neige lui lanca un regard de reproche.
Il y avait toujours quelqu’un pour l’empêcher de s’amuser,
et lui sauver la vie. » 

orchestre-3

« Il enviait le grand-père qui pouvait être avec elle tous les jours, et lui apprendre l’inutile :
les cabanes, les histoires sans fins, et la musique… » 

Encore une fois  (mais on ne saurait le dire assez) ce roman est une vraie pépite et d’une grande maturité, et devrait être mis entre toutes les mains. Véritable roman d’apprentissage, il délivre, comme ce genre littéraire le veut, une vraie leçon de vie et de morale à destination des plus jeunes (et des autres aussi, ça ne ferait pas de mal), et mériterait amplement sa place parmi les classiques de la littérature française. Je vous conseille fortement sa lecture, si vous ne connaissez pas, et j’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à savourer ce grand roman !

a

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

A

About the author

Graphiste dans le monde de l'édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

14 comments on “COUP DE CŒUR : TOBIE LOLNESS”

  1. Voyageusedesmots Répondre

    Comme acheteuse compulsive je te comprends tout à fait. C’est la première fois que quelqu’un me donne envie de découvrir cette série.
    IL faut que je lutte quelques semaines…

  2. Dorine Chutjelis Répondre

    Ta chronique donne super envie! Et la couverture est magnifique, puis les illustrations aussi… mais punaise comme il est gros !! je me demande, si vers 10 ans, je n’aurais pas eu peur de me lancer dans une brique pareille ? Quoi que je lisais deja beaucoup, alors peut être pas 🙂 surtout qu’il y a bcp d’illustrations… je ne sais pas!
    je blablate pour pas grand chose, en bref : tu m’as donné envie de le découvrir !

    • Mathieu Répondre

      Il faut bien se rappeler qu’il y a 2 volumes en un, alors si son épaisseur fait peur, il y a toujours possibilité de le lire en 2 tomes ;). Mais oui, c’est un livre qu’il faut avoir lu au moins une fois à mon avis !

  3. Jo Répondre

    Si tu as aimé Tobie Lolness, je te recommande, du même auteur, Vango (même type d’histoire mais dans le contexte de la seconde guerre mondiale, en deux tomes également) et Le Livre de Perle, dans un autre registre, en un seul tome.

    • Mathieu Répondre

      je les ai déjà repérés oui :). Une collègue m’en à dit beaucoup de bien ! Si tu as d’autre romans à me conseiller, n’hésite pas 🙂

  4. Pikobooks Répondre

    Encore une fois, tes critiques sont vraiment très très agréables à lire…
    Tu m’as totalement convaincue, je rajoute Tobie à mon Book Jar. 🙂

    Bravo !

    • Mathieu Répondre

      Merci beaucoup ^^. Surtout que je doute beaucoup de mes capacités d’écriture alors ça me fait vraiment plaisir ! Et oui tu verras, tu en seras pas déçue de cette lecture 🙂

  5. Peter Répondre

    Bravo ! Je trouve ton blog super. Je cherche des romans en français à lire (normalement je lis qu’en anglais) et tes critiques en donnent tellement envie, surtout celle-ci. Petite question : tu crois que le niveau de français de ce livre serait trop élevé pour quelqu’un qui n’a pas le français comme langue maternelle ? Merci encore !

    • Mathieu Répondre

      Merci ^^. Et oui, si tu en as l’occasion, craque pour Tobie ! C’est vraiment un super bouquin !

  6. Pingback: CRITIQUE DE LIVRE : LE LIVRE DE PERLE

  7. Pingback: CRITIQUE DE LIVRE : CŒUR DE LOUP

  8. Pingback: COUP DE CŒUR : VANGO

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :