COUP DE CŒUR : A CONJURING OF LIGHT #3

Mon Dieu ! Le dernier tome de Shade of Magic, L’un de mes (gros, gros, gros) coup de cœur découvert en 2016 vient tout juste de sortir, et il est complètement DÉMENT !  (Oui, j’utilise des capitales, parce que dès le premier chapitre on est embarqué dans un récit avec une tension folle !). Pour vous dire, quand j’ai parlé de ce début de lecture a mes collègues je poussais des cris : « J’ai commencé le récit, et il se passe des choses genre Ahhhhhh !!!!, et paf on passe au chapitre suivant, sans rien avoir résolu du problème (donc Ahhhh, non, que va t-il se passer…), et là le deuxième commence et lui aussi il est Ahhhhh, noooonnnn !!!!, et le troisième, et on revient au personnage du premier,… » Bref, j’ai beaucoup crié !

Du coup plongeons dans ce dernier tome ! Ahhhhhhh !!!!!
motifchapitre> L’objet-livre est (encore et toujours) superbe : une couverture reliée blanche, une jaquette également blanche et au pelliculage mat et une illustration « flat design » de Will Staehle, en rouge et noir (et petite touche dorée). Et toujours des illustrations de plan en N&B pour chaque ouverture de partie.

Pour lire la critique du tome 1, c’est par ici !
Et celle du tome 2 !


A CONJURING OF LIGHT
(SHADE OF MAGIC #03)
de Victoria Schwab

aPure magic has no self.
It simply is, a force of nature,
the blood of our world, the marrow of our bones.
We give it shape, but we must never give it soul.

MASTER TIEREN,
head priest of the London Sanctuary  

Résumé éditeur (traduit de l’anglais) :
Des Londres tombent et des royaumes se soulèvent alors les ténèbres balayent l’Empire de Maresh – et le fragile équilibre de la magie balance vers son côté le plus dangereux pendant que héros et ennemis se débattent.
La suite directe de A Gathering of Shadows – et dernier tome de l’épique série fantastique Shades of Magic, A Conjuring of Light – voit Schwab atteindre un climax dans le destin de personnages chers aux lecteurs – et dans celui d’anciens adversaires.

boussole
Le tome 3 reprend le récit exactement où l’auteure nous avait laissé dans le précédent : juste après le cliffhanger qui avait vu Kell partir pour le Londres blanc, se faire capturer, et proposer d’offrir son corps à la mystérieuse entité magique hébergée à ce moment là par Holland en échange de la résurrection de son monde. Kell ayant refusé, et Holland ayant été contraint d’offrir le sien, notre nouvel ennemi décidait d’envahir le monde du Londres rouge…

« He took the horse, because she refused it
—plenty of other ways to die tonight »

La plupart des arguments négatifs que j’avais pu lire dans les critiques concernant le second volume portaient sur son manque apparent de rythme et d’action. Je l’avais pointé du doigt dans ma propre review en mettant en avant que si ce tome était – en apparence – effectivement plus calme, c’est qu’il servait avant tout à introduire de nouveaux personnages, développer les relations entre eux, ainsi que le monde du Londres rouge, et qu’il « créait et amplifiait une tension qui trouverait une conclusion – à n’en pas douter – épique dans le dernier volume ! » (première fois que je m’auto-cite !!!). Eh bien j’avais raison !

« She’d seen so many versions of him in the past few hours.
The broken boy. The grieving brother. The determined prince.
This Kell was none of those and all of them, and when he kissed her,
she tasted pain and fear and desperate hope »

Si le premier tome fonctionnait très bien en stand alone, constituant à lui seul une histoire complète (c’est même confirmé par l’auteure qui dans une interview déclarait que pour elle les premiers tomes d’une série sont supposés pouvoir fonctionner comme des one-shot), les deux suivant travaillent vraiment en binôme. L’image qui me semble la mieux correspondre pour vous décrire cette duologie, est l’exemple des montagnes russes. Le premier tome, et donc deuxième de la trilogie pour ceux qui ne suivent pas ( je vous vois tout au fond !) correspond à la lente montée des wagons : c’est calme, on admire le paysage, tout en discutant tranquillement, mais en même temps, on sent la tension qui monte et qui enfle à l’idée de ce qui nous attends par la suite. Et comme je vous l’ai déjà dit plus haut, A conjuring of Light démarre sur les chapeaux de roues ! On se retrouve immédiatement embarqué dans une succession de chapitres qui prennent vraiment aux tripes (accrochez-vous à votre culotte !). J’ai fait l’erreur de commencer le livre a 22h, et je n’ai pu le lâcher qu’une fois un chapitre plus calme atteint… minuit passé !

« “I told you to keep him safe, not cuddle.”
Alucard spread his hands behind him on the sheets.
“I’m more than capable of multitasking” »

Après cette première longue partie d’action/tension non stop qui met en place les différents dangers et enjeux auxquels vont faire face nos héros, on entre dans une deuxième partie -légèrement- plus calme orientée davantage aventure, et où l’on va également alterner entre les différents protagonistes, principaux ou non, et en apprendre davantage sur eux, sur leurs motivations, leur personnalité, les raisons derrières leurs comportements et leurs réactions,… Et c’est en grande partie pourquoi ce roman est aussi intense et prenant… J’en veux pour preuve cette série de messages échangés ><

« Kell swept through the halls until he reached his room and lowered Lila onto the couch.
Hastra handed him a blanket.
“Shouldn’t you take off her knives?”
“There’s not enough tonic in the world to risk it,” said Kell. »

L’auteure réussit en effet à nous rendre suffisamment proche et familier des différents personnages, bons ou mauvais, à suffisamment développer leur backstory, pour que peut importe ce qu’il leur arrive au cours du récit, on soit profondément touché et affecté, pour que l’on ressente tous ces sentiments de manière très forte. Et ce pour quasiment. Tous. Les. personnages ! Elle est même parvenue à me faire complètement changer d’avis concernant certains d’entre-eux ! Bonjour le syndrome de Stockholm.

« “Why?” she echoed.
“Because the shadows can’t touch me, and the fallen won’t.
Because I’m good with magic, and better with a blade,
and I’ve got more power in my blood than you’ve got in this whole damned palace.
Because I’ve no qualms about killing, and on top of it all,
I’ve got a knack for keeping your sons—both of them—alive.” 
»

L’intrigue, les personnages, la conclusion du roman,… Tout est absolument parfait du début à la fin, y compris les moments durs et tristes, tout est parfaitement dosé et distillé à un rythme idéal, et on est partagé entre l’envie de finir cette saga, de savoir comment tout se termine, et l’envie que ça ne s’arrête jamais…

« “I’ve got a bad feeling,” he whispered…
“A piece of magic is parading as a god, a poisoned fog is destroying London,
and three Antari are sparring aboard our ship. I’d be worried if you didn’t.”
 »

boussole

On se retrouve déjà à la conclusion de cette trilogie, et je n’ai qu’une chose à vous dire : lisez-là ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas été autant pris par un roman, son intrigue et ses personnages, et je n’ai qu’une hâte : découvrir ce que nous réserve le film. Car oui, si cette trilogie devait à la base être adaptée en série télé, Sony vient tout juste d’annoncer avoir acheté les droits pour l’adapter au cinéma !
L’auteure a de son côté annoncé que cette suite de romans ne constituaient dans sa tête qu’un arc, et que l’on pouvait espérer voir revenir ces univers dans une potentielle suite…

Et accrochez-vous, car il se pourrait bien qu’ils débarquent en France prochainement 😉

motifchapitre

a

Univers/originalité :
Personnage/charisme :
Histoire/ressenti :
Objet livre :
Moyenne

a

About the author

Graphiste dans le monde de l'édition, je vous propose de vous faire découvrir cet univers professionnel, ainsi que des chroniques littéraire et des ouvrages à la fabrication remarquable.

2 comments on “COUP DE CŒUR : A CONJURING OF LIGHT #3”

  1. Pingback: COUP DE CŒUR : A DARKER SHADE OF MAGIC #01

  2. Pingback: COUP DE CŒUR : A GATHERING OF SHADOWS #02

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :